AISNE PRÉSENCE DU LOUP. COMMENT S’ORGANISE L’OMERTA ?


Historique du retour du loup dans l’Aisne :


La dispersion engagée par l’espèce dans ce département ne peut être dissociée des phénomènes connues dans les départements de la Marne dès novembre 2013 ou trois canidés étaient présents et dispersants de Haute-Marne, des Ardennes à compter de septembre 2014 et du département de l’Oise à compter de décembre 2014.

Dans ces trois départements, le loup est présent de manière récurrente, dans l’Oise dispersant de Seine et Marne à plusieurs reprises, alors qu’il est présent dès 2014, 2016, 2017, 2018 et encore en 2019 ou il semble se positionner sur le centre du département alors que deux canidés dispersant, durant l’été 2018 de la Somme voisine circulent au nord du département avant de se positionner à l’automne 2018 dans le département voisin de Seine-Maritime. Une dispersion éventuellement prolongée vers le département de l’Eure durant l’hiver 2018/2019 alors que le canidé est présent sur ce dernier département dès 2017, tout comme en 2018.

Concernant les Ardennes la situation est résumée ici :

https://observatoireduloup.fr/2018/05/13/ardennes-le-loup-sinstalle-sur-une-zone-vitale-de-39-000-ha/

https://observatoireduloup.fr/2019/04/05/trois-loup-observes-dans-les-ardennes/

Dans la Marne, après une reproduction très probable en 2015, il ne se passe rien, officiellement, depuis le dernier relevé de piste de l’hiver 2017/2018 sur le secteur de Vertus…

 

Depuis 2017 de nombreux pièges photographiques sont mis en place régulièrement dans ce département de l’Aisne:

En janvier 2019 le cadavre d’un canidé est récupéré « officiellement » sur une voie ferrée sur le secteur de Laon!

 

De nombreuses investigations sont donc menées depuis plus de quatre ans sur la présence du loup sans aucune communication officielle sur le sujet.

 

Dans une démarche de suivi du loup, un courrier daté du 16 mai 2018,  les signataires expliquent, curieusement,  je cite:

« Ces dernières années, la réintroduction du loup dans certaines régions de France a provoqué de nombreux débats… »

La démarche décrite s’inscrivant dans  » l’anticipation »…!

http://oxi90.com/KNOMNUV48/courrier%20sign%C3%A9%20d%C3%A9tenteurs%20bovins%20ovins%20et%20chasseurs.pdf

 

Pourtant les faits de prédations sur domestiques qui se sont déroulés en, 2019, n’ont fait l’objet d’aucune communication officielle et n’ont pas fait l’objet d’un enregistrement dans le dernier tableau relevant des dommages aux troupeaux émis par la Dreal le 30 juin 2019:

 

 

En mai et juin 2019 des faits de prédations sont enregistrés sur les communes de Bosmont-sur-Serre et Saint-Piermont sans aucune communication à la presse régionale…

Bosmont-sur-Serres-le-010619-Aisne

 

Ces faits n’étant pas en relation avec la présence d’un individu isolé, il faut se demander: Pourquoi des consignes strictes de non divulgation auraient été imposées aux témoins directement concernés?

 

En avril 2015 une observation formelle et une prédation sur un chevreuil sur le secteur de Laon, suivis d’autres faits n’a fait l’objet d’aucune communication du réseau loup concerné!

Ces faits ne sont pas relatés dans les bulletins du réseau loup ni en 2015, ni en 2016…

 

Pourquoi l’Office National de la Chasse et de la Faune sauvage ne communique-t-il pas sur les faits? 

La question restera-t-elle sans réponse? 

15 commentaires sur “AISNE PRÉSENCE DU LOUP. COMMENT S’ORGANISE L’OMERTA ?

      1. La question se pose quand meme. Pas besoin d’etre agressif dans votre reponse. Il n y a pas beaucoup d’element fiable dans les journaux . Selon la victime il y aurait des chiens dont au moins un ressemblant a un malinois. De la a confondre loup et malinois il n ya qu un pas. Donc oui la question est legitime. Votre reponse est absurde et agressive.

          1. Dans ce cas, nous pourrions en dire autant de votre attitude qui contredit l’objet même de votre observatoire où il est bien question de prédateurs d’animaux domestiques en l’occurrence CURTIS.

            Cette présence dans l’Aisne pose question après un tel drame. Il serait criminel de l’éluder de l’enquête sous quelques prétextes que ce soit d’autant si elle s’avérait en cause. Il ne s’agit pas de faire peur, mais d’appliquer un principe de précaution,  « une personne avertie en vaut deux » comme l’affirme un sage dicton ou alors, continuer à faire l’autruche comme les pouvoirs publics que vous dénotez à juste titre.

            Cela n’occulterait en rien le caractère ignoble, et de fait stupide de par son inutilité, de la chasse à courre qu’il faut continuer certes à dénoncer.

      2. Les loups n’attaquent pas les hommes mais les chiens oui. En plus s’il y avaient des loups et qu’ils fuyaient les chasseurs s’ils tombent par inadvertance sur une femme avec un chien en laisse on ne peut pas savoir comment ils vont réagir. Il y a bien des loups il ya eu des attaques à une 30 aîné de km quelques mois avant c vous qui l’indiquer. Du plus il existe des loups croisés avec des chiens errant. Peut être que eux ont moins peur des hommes.

        1. Il faut arrêter le délire, l’hybridation c’est quasiment un mythe en France, et les chiens dont vous parlez sont en estive, sur les troupeaux, inutile de vouloir généraliser des exceptions pour en faire des généralité, je connais le procédé par cœur! Bonne lecture: https://observatoireduloup.fr/2018/04/30/lhybridation-du-loup-en-europe-et-en-france-un-faux-probleme-pour-lelevage-un-faux-probleme-pour-le-loup/

Laisser un commentaire