LES INDICES DE PRÉSENCE DU LOUP EN BRETAGNE ENTRE FÉVRIER 2012 ET MAI 2019

Je pense que la politique de l’œillère mise en place par les Associations environnementales et Instances de l’Etat en Bretagne sera contre-productive à court terme. En 2019, il est nécessaire de mettre en œuvre, rapidement, les moyens humains, matériels et budgétaires,  d’informations, de formations, d’études sur la pression de chasse du loup sur la faune sauvage, de suivis précis de l’espèce, d’expérimentations et de mises en protection des troupeaux, par anticipation et dans un esprit de compréhension. Il me semble que des actions collaboratives fortes devraient être établies, au plus tôt, dans la plus grande transparence. En juin 2019, il est incontestable que le canidé sauvage a déjà instauré une territorialité en centre Bretagne qui se définit en deux zones estivales et une zone hivernale. Une première zone estivale de 12 000 ha comprise entre Rostrenen et Bubry, une deuxième zone estivale entre Saint-Nicolas-du-Pelem et Saint-Gonnery de 11 000 ha environ et une zone hivernale comprise entre  Saint-Gonnery et les Landes de Lanvaux qui couvre près de 25 000 ha. Bien que les pressions de chasse du canidé soient essentiellement tournées vers la faune sauvage, je constate des faits de prédations sur domestiques qui correspondent, le plus souvent, à des sorties de zones, d’exploration ou de recherche de congénères. Ces faits de prédations, liés à l’opportunisme de chasse connu chez cette espèce, auront pour conséquence à court terme, l’intégration de troupeaux aux domaines vitaux, qui vont se mettre en place de manière pérenne à l’avenir. A l’image de ce qui se passe en région Aquitaine et en particulier en Haute-Vienne actuellement, il serait préférable, dans l’intérêt général, de sortir des dogmes habituels et d’engager de nouveaux dispositifs collaboratifs expérimentaux afin d’assurer sur le moyen terme l’intégration raisonnée et la cohabitation réfléchie de cet état de fait incontestable: le loup est en train de s’installer en Bretagne!

 


 

Prédation sur la faune sauvage des ongulés avec consommation sur les proies:


Nous soupçonnons l’existence des premières dispersions du loup en Bretagne dès l’hiver 2011/2012.

Afin de comprendre le fonctionnement de dispersion du loup en Bretagne nous avons cherché à identifier les axes de dispersions nationaux ou régionaux qui alimentent un flux de dispersion permanent depuis 2011.

Ces axes existent au départ :

du Limousin et passent par les départements de la Vienne, du nord des Deux-Sèvres et du Maine-et-Loire. Cet axe principal est alimenté occasionnellement par des individus qui dispersent le long de la Loire en provenance des départements du Loir-et-Cher et du Jura. Ces deux derniers axes alimentent également le phénomène de dispersion du loup dans le département de la Vendée ou sa présence ne fait aucun doute depuis l’automne 2017.

du département des Yvelines à travers les départements de l’Eure-et-Loir, du nord du Loiret et du nord de la Sarthe ou le loup est détecté dès 2014, durant l’hiver 2016 en forêt de Neufchâtel-en-Saosnoi, puis durant l’hiver 2016/2017 au nord de Sillé-le-Guillaume puis à travers la Mayenne en direction du département de l’Ille-et-Vilaine. Cet axe semble, provisoirement, moins actif depuis 2018.

Dans ce travail scientifique d’observations des faits vous remarquerez la récurrence des événements, y compris sur certaines certaines communes des départements bretons du Morbihan et des Côtes-d’Armor :

14 chevreuils, 2 biches, 2 ragondins, 8 faits de prédation sur domestique qui sont en rapport direct avec la présence de l’espèce sur un ensemble de faits dénombrés. (sur 17 événements inhabituels), 18 relevés d’indices en rapport avec la dispersion du loup en Bretagne ( pistes/voies/ fèces, hurlements), 12 faits d’observations probables dont 6 que nous avons validés. Soit un total de 54 faits et indices incontestables de la présence de l’espèce et depuis 2018, en Bretagne.

Si vous remarquez des faits inhabituels, merci de contacter l’Odl, ici:

https://observatoireduloup.fr/nous-contacter/

 

Le loup en Bretagne…

 

Février 2012 : un chevreuil sur le secteur de Le Marros. (Finistère)

Mai 2012, le 11 : un chevreuil sur le secteur de Huelgoât. (Finistère)

Avril 2017 : chevreuil sur le secteur de Luzern. (Morbihan)

Juillet 2017, le 1er : un chevreuil sur le secteur de Guénin. (Morbihan)

Janvier 2018  chevreuil sur le secteur de Ploerdüt. (Morbihan)

Janvier 2018 : biche sur le secteur de La Ferrière. (Côte-d’Armor)

Février 2018, le 6 : un chevreuil fortement consommé sur la commune de Silfiac. (Morbihan)

Février 2018 : chevreuil sur le secteur de Ploërdut. (Morbihan)

Avril 2018 : chevreuil sur le secteur de Ploërdut. (Morbihan)

Juin 2018, le 30 : un chevreuil sur la commune de Bubry. (Morbihan)

Juin 2018 : chevreuil sur le secteur de Ploërdut. (Morbihan)

Septembre 2018, le 28 : chevreuil sur la commune de Laniscat, 2éme fait. (Côte-d’Armor)

Octobre 2018 : chevreuil sur le secteur de de Coët-Bihan ( Côtes-d’Armor) 2ème fait.

Octobre 2018, le 25 : prédation et forte consommation sur une biche, commune de Beauvais. (Ille-et-Vilaine)

Janvier 2019, le 11 : chevreuil sur le secteur de Casteldeuc. (Morbihan)

Février 2019 : reste de chevreuil, commune de Loudéac 1er fait. ( Côtes-d’Armor)

Guerlédan, une frontière sauvage définie en 2018…

 


Autres prédations :


Mars 2019 le 22 : prédation sur le ragondin, Saint-Gonnery (Morbihan) 4éme fait.

Mai 2019, le 7 : prédation sur le ragondin, Saint-Gonnery (Morbihan) 5éme fait.

 


Prédations sur des herbivores domestiques avec ou sans consommation:


Janvier 2013 : 3 ovins sur Landellec, les faits n’ont pas été élucidés. (Côtes-d’Armor)

Mars 2017 : ovins sur Mellionec, les faits n’ont pas été élucidés. (Finistère)

Été 2017 : ovins sur Lanhellen, les faits n’ont pas été élucidés. (Côtes-d’Armor)

Novembre 2017, le 16 : chèvre avec prise à la gorge et forte consommation des viscères rouges, sur la commune de Brémelin. Faits caractéristiques du loup.

Janvier 2018, le 25 : 5 ovins, mise à mort à la gorge et éviscération, les faits n’ont pas été élucidés, commune de Sizun. (Finistère). Faits caractéristiques du loup.

Mars 2018, 2 ovins avec consommation suspecte à la gorge, fait non élucidé. Commune de Inguiniel, deuxième fait sur la commune. (Morbihan)

Août 2018, les 7/8 et 9 : 5 ovins avec consommation. 2 ovins tués de nuit et 2 ovins consommés. 3 moutons morts en couche suite à une intoxication dont 2 consommés par charognage (accès aux viscères rouges, estomac et intestin déposés avant la consommation. Commune de Pontivy. Faits attribuables au loup.

Octobre 2018, le 21 : prédation sur ovins, fait non élucidé. Gouarec. (Côtes-d’Armor)

Septembre 2018, le 22 : 6 brebis sur 2 lots. Faits attribuables au loup. Saint-Mayeux. (Côte-d’Armor)

Novembre 2018 : 5 ovins égorgés de nuit. Faits attribuables au loup.

Décembre 2018, le 25 : prédation et fortes consommations sur un agneau (6 kg au minimum) sur la commune de Saint Marcel. Fait caractéristique du loup. (Morbihan)

Avril 2019, le 28 : prédation sur 2 chèvre et volailles emportée Taupon (Morbihan) 2ème fait.

Expertise carcasses ovin août 2018 Pontivy

 


Relevé de pistes, voies et empreintes et autres indices validés:


Avril 2018 : relevé de piste et empreintes sur la commune de Langoëlan. (Morbihan)

Juillet 2018, les 12/18 et 19 : hurlements sur la commune de Plounérin. ( Côtes-d’Armor)

Septembre 2018, le 13 : relevé de piste, voies et empreintes sur Guerlédan. (Côtes-d’Armor)

Septembre 2018, le 14 : expertise fèces de loup sur Caurel. (Côtes-dArmor)

Septembre 2018, le 27 : hurlements sur la commune de Le Bois Louvet. (Ille-et-Vilaine)

Octobre 2018 : Hurlements sur Coët-Bihan (Morbihan) 1er fait.

Novembre 2018, le 10 : relevés d’empreintes dans la boue, commune de Croixanvec. (Morbihan)

Mars 2019 : relevé d’empreintes sur la commune de Querrien. (Côtes-d’Armor)

Février 2019, le 17 : voie et empreintes. Saint-Gonnery. (Morbihan) 3éme fait.

Février 2019, le 17 : expertise sur une fèces. Saint Gonnery (Morbihan) 4éme fait.

Mars 2019 : relevé d’empreintes sur Loudéac (Côtes-d’Armor) 2éme fait.

Avril 2019, le 12 : relevé d’empreintes, voies et piste sur Mohon (Morbihan) 1er fait.

Avril 2019, le 12 : relevé d’empreintes, voies et piste sur Les Forges. (Morbihan)

Avril 2019, le 22, 23h47  : hurlements, présence de deux individus, Sérent. (Morbihan)

Mai 2019, le 5 : relevé d’empreintes, voies et piste sur Mohon (Morbihan) 2éme fait.

 


Observations du canidé :


Au printemps 2015 : nous suspectons la présence du loup au sud de Bourg-des-Comptes (Illes-et-Vilaine) puis en Novembre 2015 en forêt de Lorge. (Côtes-d’Armor)

Mars 2017 : nous soupçonnons la présence du canidé au sud de Quessoy. (Côtes-d’Armor)

Septembre 2017 le 25 : nous validons une observation matinale en présence de chiens qui ont donné l’alerte sur la commune de Kerguz. (Finistère)

Janvier 2018 : nous soupçonnons la présence du canidé sur la commune de Le Quillio. (Côtes-d’Armor)

Juillet 2018, le 20 : observation de nuit validée sur la commune de Le Canut. (Illes-et-Vilaine)

Septembre 2018, le 8 : observation validée au lever du jour. Commune de Caurel. (Côtes-d’Armor)

Septembre 2018, le 18 : observation validée de 2 individus au nord de Saint-Gonnery. (Morbihan) 1er fait.

Octobre 2018, le 5 nous soupçonnons la présence de deux individus sur la commune de Laniscat. (Côte-d’Armor), 1er fait.

Octobre 2018, le 7 : 7h30 nous soupçonnons la présence du canidé sur la commune de Plussulien. (Côte-d’Armor)

Janvier 2019, le 1er : nous soupçonnons la présence d’un individu sur La Ville Bédeur. (Côtes-d’Armor)

Janvier 2019, le 13 : nous soupçonnons la présence d’un individu sur Josselin. (Morbihan)

Février 2019, le 13 : observation validée de trois individus à la queue leu leu sur la commune de Saint-Gonnery. (Morbihan) 2ème fait.


Faits inhabituels observés :


Décembre 2017 : fuite d’un troupeau mixte d’ovins et de bovins, commune de Inguiniel. (Morbihan) 1er fait.

Décembre 2017, le 31 : fuite d’une harde de chevreuil en début de soirée, commune de Névran. (Morbihan)

Juillet 2018, le 7 : tentative de prédation sur un poulain, de nuit, la poulinière a subi de nombreuses blessures en défendant son poulain. Fait non élucidé. Le propriétaire n’a pas souhaité s’exprimer à ce sujet. Sur la commune de Meucon. (Morbihan)

Décembre 2018 : blessures et saignements caractéristiques sur un chien, Taupont (Morbihan) 1er fait.


De nombreux autres faits ont été écartés depuis novembre 2017, comme des relevés de voies, d’empreintes, d’observations diverses, de prédations et/ou consommations sur herbivores et fèces non attribuables au canidé sauvage.

Nous y reviendrons!

 

En savoir plus: https://www.francebleu.fr/infos/societe/un-dispositif-pour-detecter-la-presence-de-loup-experimente-en-haute-vienne-1550681461?fbclid=IwAR2phPxwK-PLBQaU_5wD1Yh7zbM-y8VfJenyrS62rIp_pOE7fxgP9zqCLEk

43 commentaires sur “LES INDICES DE PRÉSENCE DU LOUP EN BRETAGNE ENTRE FÉVRIER 2012 ET MAI 2019

  1. Présence du loup en Bretagne: La nuit du 26 octobre 2019 un acte de prédation au sud de Gueltas, a fait quatre (4) victimes domestiques, sur le lieu dit  » La Croix de Bolan » (Morbihan). Deux chèvres et deux ovins ont été prélevés! Si vous remarquez des faits de prédation inhabituels, merci d’informer l’Observatoire du loup

  2. ENTRE SEPTEMBRE 2017 ET FÉVRIER 2019 NOUS AVONS VALIDÉ 5 OBSERVATIONS VISUELLES EN CENTRE BRETAGNE, EN 18 MOIS… SOIT MOINS DE 4 PAR AN. NOUS SOMMES DONC TOTALEMENT DANS LES NORMES SCIENTIFIQUES LES PLUS STRICTES. ET POUR CAUSE NOUS AURIONS PU VALIDER 5 OBSERVATIONS SUPPLÉMENTAIRES SANS PRENDRE LE RISQUE DE SE TROMPER. EN EFFET SUR LES FRONTS DE COLINISATION DE L’ESPÈCE, UN LOUP OU UN GROUPE EST OBSERVÉ 4 FOIS PAR AN SELON LES DONNÉES OFFICIELLES. 9 OBSERVATIONS POTENTIELLEMENT VALIDABLES, SUR PROTOCOLE, EN 18 MOIS, CORRESPONDENT À 6 OBSERVATIONS PAR AN. CE CHIFFRE EST TOTALEMENT EN RAPPORT AVEC LES EFFECTIFS PRÉSENTS EN OCTOBRE 2019, DONT PROBABLEMENT 2 GROUPES AU MINIMUM POUR UN EFFECTIF COMPRIS ENTRE 6 ET 9 INDIVIDUS…

  3. Présence du loup en centre Bretagne: dans la nuit du 15 au 16 septembre 2019, à plus de 50 kms du site de prédation (sur un veau) à Langonnet (Morbihan), la nuit du 13 septembre dernier, un fait de prédation s’est déroulé en fin de nuit chez des particuliers, une chèvre a été blessée puis euthanasiée et un bouc à l’attache sur un terrain voisin a subi une forte consommation des viscères rouges et cuissots, l’estomac et l’intestin ont été déposés à coté du caprin.

    Jusqu’à quand le déni de la présence du loup est-il possible de la part des autorités en charge de l’information du public?

    On en reparle un peu plus tard!

  4. En admettant qu’une meute ou tout au moins un groupe d’individu est établi,en gros, dans la zone Pontivy, Loudéac, Mur de Bretagne, Rostrenen, pensez vous que les faits relevés à environ 50km au nord-ouest de cette zone (Plounérin) et 50km au nord-Est(Quessoy) seraient les signes avant-coureurs d’une dispersion plus au nord dans les côtes d’Armor?

  5. Vous signalez une observation a Landellec, pouvez vous mindiquer ou ce trouve ce lieu?
    Je suppose qu’il ne s’agit pas de Landrellec.
    Merci.

  6. ODL, Jean -Luc, je te cite « A l’image de ce qui se passe en région Aquitaine et en particulier en Haute-Vienne actuellement, il serait préférable, dans l’intérêt général, de sortir des dogmes habituels et d’engager de nouveaux dispositifs collaboratifs expérimentaux afin d’assurer sur le moyen terme l’intégration raisonnée et la cohabitation réfléchie de cet état de fait incontestable: le loup est en train de s’installer en Bretagne! »

    Je suis depuis des années les travaux de l’ODL : aucune preuve indéniable à ce jour de la présence du canidé en BZH!!! L’ONCFS réfute et les instances naturalistes sont septiques..Aucun « dispositif collaboratif expérimental » n’a jamais émané de l’ODL alors qu’il se veut en première ligne!!
    Le « dogme » de l’ODL c’est : (je cite encore) « Le déni mène l’éleveur aux pertes et le loup au fusil » et je suis 100% d’accord!! mais alors qui prend la responsabilité de la réalité scientifique des faits!! Les preuves n’existent pas sur un forum ni sur internet mais dans la réalité du terrain! Si il y a 2-3 C.lupus en Bretagne et qu’ils tapent sur du ragondin et du chevreuil leur réalité sur le terrain est insaisissable puisqu’ils ne trahissent pas leur présence par des prédations sur le cheptel domestique! (cf de nombreux articles sur le site de FERUS)
    Les éleveurs bretons n’ont-ils pas droit à la vérité (preuves à l’appui!!!) pour protéger leur cheptel !!???
    L’ODL doit sortir de la « clandestinité » et collaborer du mieux qu’il peut avec le insistances LÉGALES qui permettent une vraie gestion (politique, scientifique, naturaliste… ) de la présence d’un grand prédateur la région comme dans toutes les autres régions de France!

    Julien GARIN

    1. Il faut revenir sur terre, il y n’y a aucun dogme à l’odl, on nous reproche souvent de ne pas prendre partie de fait! Nous avons contacté Bretagne Vivante, le GMB et la Lpo afin de les inviter à contribuer à l’expérimentation « PiègeàLoup » et n’avons reçu aucune réponse. Nous avons également contacté les Ong pour savoir si elles menaient des investigations sur la présence du loup et les réponses sont négatives ou la question est restée sans réponse (GMB)

      De plus quand un certain photographe factotum de la biodiversité s’est exprimé au nom de Bretagne Vivante sur une radio locale en expliquant qu’il n’a pas le temps de faire de l’investigation sur le terrain et qu’il n’est pas payé pour cela, après avoir largement diffamer au sujet de nos investigations, je pense qu’il y a un gros souci de compétence sur le sujet!

      Il est hors de question de collaborer dans ces conditions et sans qu’une totale transparence ne soit faite sur les faits et rien que les faits. Car ce ne sont pas les hommes qui sont importants mais bien les faits.

      Nous collaborons tous les jours avec des chasseurs, éleveurs et naturalistes, des intervenants du réseau et d’autres gens de terrain donc! Tout le reste n’est que pure spéculation.

      Gérer c’est prévoir hors les instances dont tu parles ne souhaitent pas s’investir! Pourquoi? Pour des questions de financements futurs?

      Pierre Rigaux a très bien expliqué ce qui se passe dans les Ong,dans la presse en particulier, il y a quelque semaine. En résumé il a quitté ce système rampant car il subissait des pressions en interne, il communiquait trop sur le loup! Incroyable non?
      Bien cordialement

  7. Je me suis entretenu long temps sur ce sujet dans Facebook avec  » le retour du loup dans les Vosges » et en particulier avec un « non défenseur -lupophobe- du loup, M. Jean-Claude HOUÉE J’ai donné mon avis de veterinaire de campagne concernant les sinistres sur troupeaux ovins par des Canidés fugueurs. Il n’y a pas de chiens errants en BZH (pas de reproduction en Nature, à la différence de ce qui est en Italie et Espagne). À votre demande j’ai énoncé mes critères permettant un diagnostic d’espece differentiel Loup/Chien et donc les points d’expertise des espèces soupçonnées ou en cause après une attaque. Je le confesse, je n’ai pas évoqué nommément les prises d’empreintes (en BZH les moutons sont souvent à l’herbe à profusion et les voies sont difficiles à identifier).
    Concernant les listes de communes ayant eu une visite supposée de loups, je confirme que certaines communes des Côtes d’Armor et du Finistère n’existent pas en tant que communes. Ce sont des lieux – dits, parfois mal retranscrits.
    Ayant eu des loups -véritables génétiquement – en soins, je peux vous affirmer que l’odeur des fèces n’est pas un critère de diagnose d’espèce dans le genre Canis. Enfin les os des petites proies comme les micromammiferes , quand ils passent dans le tube digestif d’un loup … ou d’un chien, sont impossibles à identifier car lysés entièrement par les sucs digestifs.
    Pour finir – et si vous voulez entendre des loups CHANTER- allez du côté de Lescouët-Gwareg . Ce n’est pas très loin de St Mayeux, L’anis cat ou Guère dan et la Forêt de Quenecan.: il y a un élevage parfaitement contrôlé dont on peut entendre les vocalises.
    J’ai dit – et continue d’affirmer- QU’IL N’Y A PAS, DES ANNÉES 1920 À NOS JOURS DE LOUP EN BRETAGNE / BZH.
    PS : Renard et chiens domestiques nettoient une carcasse de chevreuil assez vite et des chevreuils morts en campagne, ce n’est pas exceptionnel -morts de la « MAP », d’autres maladies ou de traumatismes (voiture, chasse)-. Même si la gale sarcoptique fait payer un lourd tribu au renard roux, il en reste.
    Guy Joncour Dr Vétérinaire

    1. Vous vous méprenez encore une fois mon cher, ce monsieur n’est qu’un simple commentateur de statuts Facebook avec qui nous n’avons aucun rapport, je confirme que le loup nourri de poulets congelé ne consomme pas de viandes rouges et encore moins de produit carne d’origine sauvage comme le lièvre, le chevreuil, le ragondin ou le sanglier tout comme à l’occasion des micro-mammifères, voire le renard ou le blaireau. Les hurlements qu’il est possible d’entendre sur le site ne correspondent pas à vos données, je le confirme également. Dans l’attente je vous invite à passer sur le terrain au plus vite et à quitter votre écran. L’acharnement stupide dont vous faites preuve est tout à fait caractéristique des dogmes habituels. Au plaisir. NB J’ai personnellement formé 7 vétérinaires en Janvier 2019 dans la Vienne, je vous prie donc d’illustrer votre propagande ailleurs.

  8. Concernant Taupont trois volailles ont été emportées… Toutefois le renard presque totalement absent pour cause de gale en Bretagne tue souvent plus qu’il n’emporte… Hors ici le canidé n’a rien laissé….

    1. Félicitations pour votre travail ODL! Bon, le renard est très présent encore du moins en ce qui concerne mon secteur et je peux vous dire qu’il emporte toujours les poules si on lui en laisse l’occasion pour constituer un garde-manger ou pour consommer tout de suite, mon fils en a fait encore les frais le mois dernier. Pour ce qui est de la prédation sur ragondin, j’ai observé de nombreuses fois que le renard ne laisse rien sur place, même pas un poil de fourrure, excepté les boyaux . Sur ces prédations attribuées au loup sur des ragondins, qu’avez vous comme indice? Merci.

          1. Quels sont les constatations que vous aviez faites a st Gonnery qui vous ont permis de conclure que des ragondins avaient ete tues par des loups?
            Ceci afin que je puisse peut etre faire la comparaison avec goupil.

          2. En premier lieu le renard emporte souvent ses proies quand il chasse. Ensuite la conso est de l’ordre de 500 gr s’il vient charogner. 800 gr chez une femmelle gravide… En tout état de cause les restes ont été retrouvés sur les parcours des canidés et se constituaient de la tête et la peau et des postérieurs (.pieds) . Je n’ai jamais vu un renard avalé 5 kg d’os et de viande de plus les griffes retrouvées dans les fèces correspondent au rongeur dans un des cas relevés en 2018…

        1. Merci pour votre réponse claire et précise.
          Pour mes ragondins (une vingtaine environ) c’était des ragondins piégés et laissés au renard (caméra piège). La proie est comme vous l’avez précisé emportée à chaque fois, mais les intestins chargés étaient systématiquement retrouvés sur place.

  9. Bonjour sur quoi se base votre analyse des feces.? Des analyses génétiques ont elle été faite.
    Merci d avance pour vos reponses

      1. Bonjour,

        Vous annoncez donc que c’est à l’odeur que vous tirez vos conclusions?.. pas très scientifique permettez moi …
        Perso je viens de la DASS, je peux vous envoyer un échantillon ?
        J’aimerais connaitre mes origines!

        1. J’annonce que quand je t’aurai mis le nez dessus tu n’oublieras jamais l’odeur, si tu veux goûter la tienne libre à toi ! Au plaisir donc.

  10. Bonsoir est il possible de connaitre les véritables noms des communes concernées ???
    ou est ce secret défense ?
    Bleizy 56

  11. Nous avons contacté le Bretagne Vivante SEPNB à ce sujet, ce jour 230619 en Mp sur facebook afin de connaître leurs investigations sur le sujet ! Dans l’attente d’une réponse!

  12. Nous avons contacté La Lpo Bretagne à ce sujet, ce jour 230619 en Mp sur facebook afin de connaître leurs sentiments sur le sujet ! Dans l’attente d’une réponse!

  13. Nous avons contacté le Groupe Mammalogique Breton à ce sujet, ce jour 230619 en Mp sur facebook afin de connaître leurs investigations sur le sujet ! Dans l’attente d’une réponse!

  14. Si l’action de la chasse humaine a pour premier objectif de réguler les populations sauvages d’ongulés, un prédateur naturel gonfle ses rangs depuis peu. N’est-il pas envisageable, voir intelligent, de considérer une modification des plans de chasse annuels en intégrant la présence du loup qui chasse pour sa survie et non par loisir? Les différents exploitants de la Nature ne doivent pas oublier qu’elle n’est pas leur propriété et qu’il est majeur aujourd’hui de constater que l’homme ne peut prétendre qu’il est un bon gestionnaire de son environnement vital.
    Le loup tout comme l’homme ne doit pas dépasser certaines limites, encore faut-elles qu’elles soient justes.  » Ma liberté s’arrête ou celle des autres commence »… Avec un esprit plus tolérant, nous supporterons moins de contrariétés!

  15. Certains toponymes cités sont des lieux-dits et non des communes. Il vaut éviter d’être trop précis pour ne pas risquer d’importuner ceux qui y habitent. Rester à l’échelle communale est suffisant sur un site grand public.
    Trugarez
    Christophe

  16. Bravo pour votre excellent travail ! c’est passionnant…
    Toutefois concernant la toponymie, çà n’est pas bon. Morbihannais depuis très longtemps,je peux affirmer : que Névran,la Ville Bédeur, Casteldeuc, Luzern : NE SONT PAS DES COMMUNES ! ce manque de précisions pourrait entraîner un manque de crédibilité ! d’autre part, en Bretagne nous écrivons Coët et non Cöet et Ploërdut , (tréma sur le ë)
    Au plaisir de vous lire à nouveau

    Bleizy 56

Laisser un commentaire