RÉGION BRETAGNE : DÉFAUT DE MOYEN ET INTERPRÉTATIONS NON PROBANTES DES DONNÉES ÉGALENT-ILS : ABSENCE OFFICIELLE DU LOUP ?

REGION BRETAGNE : DEFAUT DE MOYEN ET INTERPRETATIONS NON PROBANTES DES DONNEES EGALENT-ILS : ABSENCE OFFICIELLE DU LOUP ?

La présence du loup dans le Finistère:

On apprend dans la presse régionale que le canidé filmé sur le Cragou le 4 mai 2022 serait âgée d’environ un an! Un canidé immature de fait qui d’après le préfet chercherait un partenaire sexuel, les naissances ayant lieu majoritairement du 15 avril au 15 mai, d’autres documents seraient déjà à l’expertise!

Présence du loup en Bretagne les langues se délient
Présence du loup en Bretagne les langues se délient

Si cette donnée, qui ne peut être que fournie par l’Ofb, est « exacte » et compte tenu des déclarations de la préfecture sous couvert du Bureau de la communication interministériel qui explique je cite:

« Au printemps, les subadultes qui ne peuvent se reproduire au sein des meutes quittent leur territoire de naissance en quête d’un partenaire sexuel. Ces individus en phase de colonisation peuvent parcourir plusieurs centaines de kilomètres avant de se fixer, et ceci en quelques mois (distance de dispersion record pouvant dépasser les 1500 km depuis le lieu de naissance)… »

Il faudrait admettre:

Que le canidé aurait engagé une dispersion -seul puisqu’il serait isolé selon les déclarations- aux limites du littoral breton dès l’âge de 5 mois. Or, dans les faits, les études qui portent sur le phénomène de dispersion attestent, d’une part que 3 canidés sur 4 retournent au groupe de départ, sur une période comprise entre 2 et 9 mois et d’autre part, que l’âge moyen des individus (au long cours, donc) est proche de 21 mois (compris entre 1 et 3 ans).

Conclusion: Pour que ce canidé soit présent en Bretagne en mai 2022 (à l’âge d’un an), il aurait fallu que la louve, gravide qui l’a porté, eut elle-même engagé une grande partie du parcours. Peut-on croire que ce jeune individu soit né…en Bretagne?

L’avis de l’éthologue :

Je cite:

« La photo montrait clairement le morphotype d’un subadulte mais je doute qu’un mâle d’environ 1 an cherche une partenaire, peu de « repro » avant l’âge adulte (entre 2 et 3 ans), la puberté commence en moyenne vers 9 mois et que le développement des testicules se fait jusqu’environ 22 mois. Aux alentours d’un an, les spermatozoïdes sont majoritairement immatures, peu de chances qu’il féconde une louve, il est plus probable qu’il soit né l’année dernière sur place et que des adultes soient à proximité »

Va-t-on revivre dans l’ouest, les mêmes constats de déni de la présence du loup, comme ce fut le cas, en région Grand-Est en 2011, En Ile-de-France en 2017, Pays de Loire en 2018, en Nouvelle Aquitaine en 2019 en Normandie et en Bourgogne Franche-Comté en 2020 ?

Avant de poursuivre, faute mieux, les données n’étant plus publiées sur le site de la « Dreal », il faut reprendre les données disponibles à ce jour et au 30 juin 2021! (ce dossier est publié en mai 2022)

Concernant la Bourgogne Franche-Comté, dans l’absence de données officielles depuis 2013, le constat des dommages aux troupeaux s’élève à cette date à une augmentation du nombre de victimes de 509 domestiques! (après 2 tirs de destruction de loups)

En Nouvelle Aquitaine, Pays de Loire, Ile-de-France, les données partielles ne permettent pas d’évaluer l’évolution des dommages aux troupeaux.

Dommages aux troupeaux au 30 juin 2021

En Région Grand-Est et en Pays de Loire les faits de dommages sont en augmentation au 30 juin. (+ 52 et + 13 victimes en cumul provisoire)

Concernant la Bretagne:

Quels sont les données disponibles dans le dernier loup « flash info » du réseau loup publié en mars 2022?

Concernant les Côtes d’Armor: aucune donnée n’est disponible, le loup, serait donc absent!

Concernant le Finistère: aucune donnée n’est disponible…

Concernant Ile-et-Vilaine: aucune donnée n’est disponible, même constat!

Concernant le Morbihan: aucune donnée n’est disponible…

Pourquoi, ce constat dans le Morbihan? Exemple…

Rappelons au passage que ce document formel, (ci-dessous) et transmis a été classé « loup exclu » par le réseau concerné en 2020 (vidéo avec présence du loup dans le Morbihan)

vidéos avril 2020

Depuis ce fait d’autres données ont été obtenues dans le même secteur en 2021:

Des indices de présence

Vidéo fèces de loup Morbihan

LES INDICES/PÉRIODES D’ACTIVITÉ DU LOUP EN BRETAGNE

 

Le loup est-il présent dès 2020 à l’est des départements bretons?

Que se passe-t-il dans le grand-ouest?

D’autres dossier sont consultables sur le site concernant la Bretagne, ils sont listés ici:

Les dossiers à consulter…

Quels sont les faits :

Les documents produits:

Grand-Ouest déclarations officielles du 1er mai 2022

La situation dans le Grand-Ouest :

La situation présentée ici couvre une surface de plus de 20 000 000 ha, le centre de cette surface géographique se situe sur la Commune d’Ancenis-Saint-Géréon, situé en Loire-Atlantique.

La première présence détectable du loup qu’il est possible de valider dans cette aire de dispersion est relevé en 2004, au sud de Bain de Bretagne.

Dès décembre 2011,  sur la commune de Andard, il est possible d’envisager la présence du canidé.

En 2022, le loup est présent sur une dizaine de sites dans les différentes phase d’installation et dans tous les départements bretons. Les sites où l’activité du loup est  importante depuis 2018 sont suivis régulièrement.

Les impératifs de suivi sont-ils engagés?

Bretagne: Données officielles non publiées dans la presse…Peut-on croire que les compétences sont réunies en Bretagne, concernant le suivi de l’espèce?

Commune de Plouyé, Finistère, observation classée non retenue, le 9 janvier 2022 à 8 km du site où le loup a été filmé le 4 mai 2022

Sur la commune de Irvillac, Finistère, un relevé de piste classé « invérifiable », pourtant tout à fait formel (??) le 21 Novembre 2011, distance 38 km du site ou le canidé a été filmé

Communes de Ruffiac Morbihan, Le Cours (données classées « invérifiables »), Tréal (donnée non retenue) dans un rayon de 30 kilomètres centré sur la commune de « Le Cours » nous avons relevé:

19 indices de présence du loup dont:

31 victimes domestiques (dont les 25 ovins tués/consommés sur Ploermel en 2021 en 3 semaines), 3 proies sauvages (chevreuils/lièvre)

5 phases de hurlement validées, de nuit

3 observations de loups validées

Dans les Cotes-d’Armor les faits sont classés « invérifiables » ou « non retenus », comme il se doit, toutefois sur la commune de Plédéliac, un indice classé « non retenu » daté du 6 avril 2022 se situe à 16 km d’un constat de prédation sur chevreuil validé le 20 mars 2022 par l’Observatoire du loup. Certainement un heureux hasard!

Dans les faits: prédation sur chevreuil en Côtes d’Armor

 

Quelques rappels des faits en image…

Les faits de Ploërmel:

janvier-2021-bretagne-saint-nicolas-du-pelem-brebis-
janvier-2021-bretagne-Ploërmel-brebis-

Concernant les faits qui se sont développés du mois de mars au mois d’avril 2021, du 22 mars au 14 avril 2021, peut-on croire que les chiens emportent les brebis (8 bêtes disparues introuvables??) Sur une surface de 35 000 ha centrée sur « Le Pont Neuf » nous avons déterminés l’existence de :

11 victimes domestiques, (en dehors du phénomène inhabituels de Ploërmel)

3 phases de hurlement, de nuit, Sérent le 29 avril 2019 à 23h43, le 15 juillet 2020 sur Josselin, en mai 2021 sur La Mine…

 

1 fait de prédation-consommation sur chevreuil dès le mois de mai 2019

1 relevé de piste avec présence d’une fèces « validée »  en juin 2021…

Les faits décrits dans la presse….les « chiens » courent toujours

Les faits de Dinéault: 

Alerte du 6 mars 2022 concernant le parc Armorique

Concernant cette commune et la zone de 10 000 ha concernée par les faits, il est regrettable de constater que l’affaire confiée aux gendarmes (non formée sur la prédation) n’a pas donné lieu à des expertises sur les cadavres des animaux domestiques, tous tués de nuit, sans aucune observation de chiens en phase d’attaque sur les troupeaux concernés!

 

Chien ou loup affaire à suivre
Chien ou loup affaire à suivre

Finistère : je cite:

« Nul n’entend plus parler de chiens tueurs de brebis, chèvres et chevreuil dans le Menez-Hom…Aucune expertise sur les cadavres, un grand succès…Je pense qu’il est probable qu’on en reparle dans quelques jours…Aux dernières nouvelles les gendarmes courent toujours… »

Le Dimanche 1er mai 2022 les chiens sont aperçus entre Plonévez et Locronan et sont le même jour suspectés d’une prédation sur un chevreuil 8 kilomètres plus au nord…Ce qui n’est pas en rapport avec les modèles de dispersion du chien en divagation…Sauf erreur dans les témoignages ce modèle de comportement ne correspond pas à des chiens!

 

Nous allons laissé la parole à un breton anonyme qui s’exprime sur les réseaux sociaux et qui résume parfaitement la situation:

« Nous sommes tous globalement d’accord , n’en déplaise à certains, sur le fait que cela représente une bonne chose pour la biodiversité. Ce qui chagrine beaucoup d’entres nous c’est tout simplement cette fuite en avant de l’OFB quant à la reconnaissance, en utilisant diverses excuses moins valables l’une que l’autre avec le soutien de pseudo experts, de la présence du loup hors des ZPP et de ne pas reconnaitre sa dispersion malgré un faisceau d’indices laissant peu de place au doute pour qui à un temps soit peu, de bon sens. Et aussi comment expliquer cette, j’ose le dire, « connivence  » avec les « asso » prétendues garantes du suivi de la biodiversité en Bretagne alors que celles ci devraient au contraire se réjouir de cet état de fait et ce depuis que l’on soupçonne la présence du loup et faire l’interface, quitte à déplaire à l’autorité, avec tous les acteurs concernés ??? »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.