CHIENS RENIFLEURS: L’ÉTUDE QUI NE PEUT ÊTRE PUBLIÉE SUR LOUPFRANCE.FR

Chiens renifleurs! Une étude « Wolf scat detection dog improves wolf genetic monitoring in new French colonized areas » engagée par l’Ofb, publiée en anglais sur Bioone.org explique les faits suivants:
Sur les même zonages, le chien trouve 4,5 fois plus de crottes que l’équipe de bénévoles du réseau loup, dont 25% ne sont pas exploitables génétiquement, et dont, concernant celles qui sont exploitables, 95% sont confirmées « lupus »! Fait important, 8% des individus détectés sont des haplotypes W1, c’est à dire des individus de la sous-espèce Canis lupus lupus (non italicus donc), c’est à dire le loup gris commun ou vulgaire! Ce qui laisse entendre qu’il est bien plus présent que ce qui était affiché jusqu’à présent!
Encore plus étonnant, l’utilisation de chiens permet de dissocier  4 fois plus d’individus différents (génétiquement) que les bénévoles du réseau officiel (4500 personnes en 2021), sur les mêmes parcours et un grand nombre de mâles (70% d’individus mâles pour 30% de femelles), ce qui ne veut pas dire qu’il y a 4 fois plus de loups, puisque les modèles mathématiques sont censés compenser les biais.

Toutefois, l’écart étant très important, il faut supposer l’existence d’un biais notoire dans cette étude ou des biais évidents dans les modèles utilisés depuis 10 ans, pour évaluer les populations de loups en France.
Si cette méthode était généralisée en France en 2022, quel serait l’effectif de loup en avril 2023? Et où seraient détectés les lupus?

https://observatoireduloup.fr/carte-de-dispersion-du-loup-en-france/

Pour que cette étude comparative soit fiable les intervenants expliquent qu’elle doit être aléatoire, ce phénomène aléatoire est défini par la donnée suivante:

le parcours de référence de l’année N-1 (ou des fèces sont obtenues en N-1) est identifié comme étant peu probable en N (de fait, il serait aléatoire en terme de déplacement du canidé). Donc on y place un chien renifleur. (sur le parcours de n-1) or pour être sûre que ce postulat est valable il faudrait connaître toutes les variations géographiques des zones vitales de toutes les secteurs où le chien est placé. Quand une zone évolue certains secteurs sont gardés et d’autres pratiquement abandonnés, voire provisoirement abandonnés.

D’autre part, alors que les naissants sont représentés dans 55% des cas par des femelles chez le loup, les individus « femelles » détectés sont représentés ,dans cette étude, par 30% des effectifs recensés et par analyse génétique.

Peut-on soupçonner un biais?

L’étude en français: (traducteur google)

https://bioone.org/journals/journal-of-vertebrate-biology/volume-69/issue-3/jvb.20102/Wolf-scat-detection-dog-improves-wolf-genetic-monitoring-in-new/10.25225/jvb.20102.full?fbclid=IwAR1_AYfWEzkfxmWgVJcRnQCg0jF0FhwH_MNzXbyoDeqjd58vICcE1UsgIs8

D’après les déclarations de l’Ofb, le réseau loup serait actif sur l’ensemble du territoire national, je cite:

« En effet, les correspondants couvrent aujourd’hui la totalité du territoire national avec le renfort des agents de l’OFB pour maintenir une veille sur les territoire ou l’espèce n’est pas détectée. »

Toutefois, il faut relever dans le dernier bilan estival 2020, les faits suivants:

Les départements à suivre n’ont fait l’objet d’aucun suivi:


08 Ardennes

14 Calvados

21 Côte-d’Or

22 Côtes-d’Armor

29 Finistère

32 Gers

33 Gironde

35 Ille-et-Vilaine

40 Landes

44 Loire-Atlantique

46 Lot

47 Lot-et-Garonne

63 Puy-de-Dôme

77 Seine-et Marne

79 Deux-Sèvres

Peut-on croire que le loup n’engage pas de dispersion dans ces départements? Les réponses sont ici:

https://observatoireduloup.fr/2020/03/07/france-presence-du-loup-par-departement-en-2020/

Les départements à suivre ont fait l’objet de suivis compris entre 1 et 6 journées:

1 jours d’investigation:


07 Ardèche

43 Haute-Loire

56 Morbihan

59 Nord

61 Orne

62 Pas-de-Calais

68 Haut-Rhin

82 Tarn-et-Garonne

90 Territoire-de-Belfort

 

2 jours d’investigation:


02 Aisne

42 Loire

55 Meuse

57 Moselle

58 Nièvre

 

3 jours d’investigations:


03 Allier

09 Ariège

18 Cher

23 Creuse

27 Eure

60 Oise

69 Rhône

 

4 à 6 jours d’investigations:


10 Aube 5j

19 Corrèze 4j

45 Loiret 4j

52 Haute-Marne 4j (malgré le braconnage de l’espèce)

70 Haute-Saône 5j (malgré les nombreuses victimes domestiques)

24 Dordogne 6j

Peut-on croire que les suivis engagés permettent de dresser, effectivement, une carte de la présence du loup en France?

https://observatoireduloup.fr/carte-de-dispersion-du-loup-en-france/

Pour le moins il faut reconnaître que ces 42 départements font l’objet d’un défaut de moyens évident, qui entraine un défaut d’information évident!

Cette politique, dans l’absence totale d’anticipation, doit cesser: A l’étude des faits et déclarations, concernant, en exemple le département de la Saône-et-Loire, il faut admettre que ces défauts de moyens et d’informations ne permettent en aucun cas d’aborder une possible « cohabitation réfléchie » !

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=2533219596983095&id=1399060187065714

file:///C:/Users/USER/Desktop/AAA%20DOSSIER%20LOUP%20GLOBAL/BILAN_ESTIVAL_2020.pdf

1 commentaire sur “CHIENS RENIFLEURS: L’ÉTUDE QUI NE PEUT ÊTRE PUBLIÉE SUR LOUPFRANCE.FR

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.