Présence du loup en forêt de Dreux, Eure et Loir.

La présence du canidé sauvage aurait été détectée et validée par l’Oncfs sur le secteur de la forêt de Dreux en 2019, sans aucune communication sur le sujet:

 

Dispersion du loup en Eure et Loir à partir de Rambouillet…

 

https://observatoireduloup.fr/2018/02/14/le-departement-de-leure-et-loir-est-place-sous-dispersion-du-loup/

 

Si vous remarquez des faits de prédations inhabituels sur la faune sauvage ou les animaux domestiques de rente merci de contacter l’Odl ici:

 

https://observatoireduloup.fr/nous-contacter/

 

10 commentaires sur “Présence du loup en forêt de Dreux, Eure et Loir.

  1. A ma petite échelle, selon mes informations locales, je confirme que la méthode oncfs est moins beaucoup moins pertinente que celle d’ ODL plus technique et plus variée.

    Même si des faisceaux d’indices plus des preuves partiellement partagés (ODL) n’est forment une méthode absolue, c’est très supérieur à des preuves mal cherchées (ONCFS) et peu ou pas partagée (l’intervention de la cada est à mon avis un signe de mauvaise foi évidente, les données ADN analysées par l’oncfs devraient être publiées ou communiquées aux différents intervenants)

    D’autant plus que par ailleurs je n’opine pas à l’ensemble des analyses ODL, la méthode de recherche active a ma préférence nette.

      1. Oui Nico celles ci,

        Mais les analyses génétiques qui permettent de tracer les individus leurs reproductions et les flux ne sont pas accessibles, et ceux qui les demandent doivent passer par la commission d’accès aux documents administratifs,: la fameuse CADA ! crois moi pour l’avoir pratiqué sur d’autres dossiers, la cada accorde dans la très grande majorité des dossiers le droit de consultation, ce n’est qu’un gain de temps administratif.

        Mêmes partielles ces données permettent une analyse d’une tout autre envergure ! tu sais si le dispersant de la meute x basée à Canjuers à abouti en Bretagne par une reproduction en limousin avec une louve des alpes ou espagnole ou si c’est un loup balte ou italien qui à fait la route tout seul !

        Dans l’étude d’une population par un scientifique tu imagine les liens possibles ! dispersions classiques ou dues au tir dans la meute …. ou à l’arrivée d’un loup gris commun plus puissant …

        Si on trouve des souches mongoles ou canadiennes en Vendée on établira le nouveau record du monde de la distance parcourue par retour naturel ! 🙂

  2. Pour ma part je dirais surement des deux mais je pense que l’Odl est plus pro actif dans ses recherches d’indices, j’ose espérer en tout cas. Par contre je suis certain que l’Oncfs est loin d’être juste et à jour dans ses cartes de présence des espèces de la faune. Ou alors et c’est plus grave, fait de la rétention d’information sur un sujet aussi polémique que la place du loup en France.

  3. Pourquoi vos cartes de dispersion ne correspondent elles aucunement avec celles de l’oncf ? Les leurs situent le loup uniquement en zones de montagne, rien du tout ailleurs ! Dissimulation de leur part ou exagération de la vôtre ? La question se pose….

    1. Expliquer la présence du loup en pointant les faits par commune concernant une espèce aussi mobile est presque ubuesque. Encore plus quand on se contente de confirmer des faits de prédation sur domestiques après avoir parlé du chien, parfois pendant des années… Il y a une carte de l’office qui correspond à celle de l’Odl, c’est celle de la couverture mise en place concernant le réseau loup… 2250 indices relevés en 2018 pour 4500 bénévoles. De vraies feignasses non ?

Laisser un commentaire