PRÉSENCE DU LOUP EN CHARENTE LIMOUSINE


La présence du canidé sauvage ne fait aucun doute, tous les signaux de la présence du loup sont présents.

Il est regrettable, alors que les autorités sont en possessions de preuves formelles, que les éleveurs et particuliers propriétaires d’animaux domestiques herbivores ne soient pas informés de la présence du canidé sur des territoires communs ou il pourrait parfaitement s’installer.

Après avoir dispersé entre Charentes-Maritimes et Haute-Vienne en 2018, il est tout à fait probable que deux individus soient présents.

Ces prédateurs semblent se cantonner sur le chevreuil depuis quelques semaines. Deux herbivores largement consommés ont été retrouvés en quelques jours sur la commune de Ruffec alors que le chevreuil a été prélevé à trois reprises , bien plus à l’est et à une distance proche de 25 km ( 2018). Déplacement qui est tout à fait en rapport avec la présence du sauvage.

Charente Limousine mars 2019

Va-t-on nous rejouer une variante de ce qui s’est passé en Dordogne et dans le Lot entre 2017 et 2018 ? Et attendre stupidement que le canidé s’installe avant de mettre en œuvre les mesures d’information, les moyens de protections, les appuis techniques et moyens matériels nécessaires à la paix des campagnes. Dans l’anticipation indispensable.


Le fait est que de nombreux départements sont dispersés par le loup en toute ignorance ou dans l’omerta habituelle ! Nous avons relevés de nombreux exemple de prédations sur le chevreuil ou le cerf dans les départements suivants :

Voici en présentation un chevreuil qui aurait été percuté par véhicule en Dordogne alors que les autorités sont en possession de preuves formelles ( photographies/relevés pistes) :

Proie du loup en Dordogne, 2018

Les mêmes faits de prédations se retrouvent depuis 2016 et jusqu’en 2019 en Allier, Cantal, Dordogne, dans l’Indre, la Vienne, le Loir et Cher, Haute-Saône et encore en Corrèze, l’Aisne, Morbihan, et bien-sur cette liste est loin d’être exhaustive…

10 commentaires sur “PRÉSENCE DU LOUP EN CHARENTE LIMOUSINE

  1. Bonsoir, désolée de vous déranger mais j’ai vue que vous avez découvert un carcasse de chevreuil dans loir et cher et vous avez dit que c’est le loups mais comment vous avez que c’est bien le loup qui la tuer .

  2. bonsoir ….est il possible de savoir dans quel coin de la Vienne le loup est il présent ? merci je fais pas mal de parcours rando dans les bois de Coussay … la brenne …. le Pinai … la moulière ….lathus …mais hélas pas vu un seul mais des empreintes peut être du loup je sais pas trop … Nadège

  3. Je trouve l’inaction de certains vraiment aberrant étant donné l’intelligence du loup à s’adapter. Les plaintes et demandes d’indemnisation vont finir par pleuvoir, alors que si ce canidé était obligé à ne prélever sa nourriture uniquement sur la faune sauvage, un équilibre finirer par s’instaurer. Je sais que le renard se reproduit en fonction du nombre de proies qu’il a sur son territoire, est-ce que le loup fait de même?

  4. est oui en bretagne on l aises ca aux renards

    mais en bretagne il n y a plus de renards alors on mais en avant la galle ??
    pas sur du tout. étant donner les populations d avant et de maintenant près de 90 pourcent de la population disparu sans cadavre sans plainte de riverains qui trouve des renards malades dans les dépendances??

    1. En Bretagne, tous les signaux de la présence du loup sont la. Sans exception. Prédations sur la faune sauvage et domestique, sectorisation du territoire, mise en place progressive d’une territorialité, pistes, voies, fèces présentes également, observations de nuit et de jours et déplacements en rapport avec le sauvage attestent complètement de la présence du canidé en nombre!

      1. Bonjour, Pourquoi cherchez vous absolument à prouver sa présence en Bretagne? L’anticipation que vous pronez est d’ores et déjà ratée pour la majorité des éleveurs de l’ensemble du territoire français, y compris l’élevage de plaisance! Du coup je ne comprends plus vraiment votre démarche. Ni pour ni contre il faut faire avec!!! c’est déjà le slogan, Il ne faut pas compter sur de sages décisions de la part de nos politiques pour mettre en place des solutions de cohabitation entre nos deux espèces. Dommage!!!

        1. C’est très simple, le moment venu, les tribunaux disposeront de toutes les données prouvant que les autorités étaient informées. Quand les préfets arrêterons des tirs de destruction, ils seront déboutés. Et ce n’est pas tout. Il reste environ 18 mois avant que la situation ne dégénère sur les troupeaux, il n’y a que 50 000 ovins declares en Bretagne…et dernière chose tout le monde est informé…les potentiels bracos aussi et quand la polémique du loup réintroduit, hybrides et voleur d’enfants sera lancée par les pastex locaux…Vous leur direz quoi?

Laisser un commentaire