Le département du Morbihan est désormais placé « sous surveillance ».

Les Actualités Les Infos Locales

A compter du 23 novembre 2017 l’Observatoire du loup place le département du Morbihan sous surveillance.

La dispersion du loup vers la région Bretagne est vraisemblablement engagée depuis quelques années.
Nous sommes dans la 4éme phase de colonisation du territoire. Celle qui va voir s’accélérer un phénomène naturelle en rapport avec la présence du loup sur près de 70 départements ciblés par l’ODL. ( pour 42 officiels)

L’Oncfs a admis il y a quelques jours dans un article publié par techno-science.net :

 » Nos résultats montrent que, au-delà de la distribution du loup détectée par le Réseau, il existe d’autres endroits pour lesquels une probabilité que l’espèce soit présente est non négligeable compte tenu de la pression d’observation et des caractéristiques environnementales. Nous montrons également que la probabilité qu’un site soit colonisé dépend du taux d’occupation des sites voisins (<20km) mais aussi des mécanismes de colonisation à longue distance (<150km) que le loup adopte pour éviter la concurrence avec les meutes voisines. L’altitude, le taux de couverture forestière et de terres agricoles viennent ensuite compléter le pouvoir du modèle pour expliquer la probabilité de présence de l’espèce. »

Le lien : http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=16819


Ce qui confirme toutes des données et documents publiés depuis 4 ans sur le site de l’Observatoire du loup.
En savoir plus : https://observatoireduloup.fr/2017/10/28/les-quatre-phases-de-dispersion-du-loup-en-france/

Une première dispersion est envisageable dans les départements suivants : Côtes d’Armor et Morbihan. Si vous constatez des événements surprenants en rapport avec une prédation de canidé, merci de bien vouloir contacter l’Observatoire du loup : https://observatoireduloup.fr/nous-contacter/

11 commentaires sur “Le département du Morbihan est désormais placé « sous surveillance ».

  1. J’ai une maison dans la forêt de Brocéliande et j’avais une arrière grand mère qui me racontait que pour aller à l’école matin et soir elle devait traverser la forêt et que des loups la suivaient et que pour les faire partir elle tapait dans ses sabots en bois.
    La Bretagne est je crois avec quelques autres endroits en France la région où le Loup est resté le plus longtemps avant sa disparition.

  2. Bj
    Grande surprise ce main. Nous habitons en cotes d armor. Un loup a traverse notre jardin . nous sommes en campagne derriere un bois a boqueho.

  3. La peur du loup est une vielle légende, les cas actes d’attaque humaine sont très rares, voire des excuses à d’autres forfaits.
    Mon arrière grand mère confirmait la présence de loup en marche limousine (nord creuse- haute vienne) et ma grand mère a vu le dernier loup connu abattu dans les années 1920.
    Quant-à la protection, effectivement, j’ai toujours entendu parler de frapper les sabots pour les éloigner, c’était la technique des bergères.

  4. Nous ne sommes plus au Moyen Âge, faut arrêter de dire que le loup est un mangeur d’hommes ! Le loup préfère éviter les humains et combien je le comprend car le plus redoutable prédateur sur cette planète c’est l’homme ! Si le loup refait son retour en Bretagne tant mieux, c’est un régulateur, les sangliers font tellement de ravages qu’il est indispensable de laisser les prédateurs tel que loup faire leur travail !

  5. Le loup est un grand prédateur, il ne faut pas l’oublier, avec une mâchoire plus puissante q’un rotweiller. Quand le loup sera revenu dans les grandes forets autour de Paris, les pouvoirs publics changeront d’attitude. car les protecteurs du loup habitent dans les grandes villes.et n’ont aucune conscience des dommages sur les troupeaux. Ils restent avec l’image bien enfantine du gentil « ptit loup » . Ils oublient aussi que le loup ne connait pas les frontières,qu’il y a aussi des hybrides de loup et que donc l’idée des 500 loups requis en France pour « sauvegarder l’espèce » n’est qu’une illusion, un concept chimérique.

    1. C’est faux les protecteurs du loups sont majoritaires partout, ils le sont juste un peu moins en montagne et en campagne à cause des éleveurs et agriculteurs. Mais dans les Alpes vous en trouverez partout des amoureux du loup… Ils sont juste moins vocaux.

    2. L’hybridation du loup est un non événement en France! Il existe deux causes principales:
      une pression de chasse forte et l’anthropisation des milieux naturels.

Laisser un commentaire