Présence du loup sur le Massif vosgien en 2017. Doit-on parler de désinformations officiellement organisées?

Les Actualités

Dans un article daté du 9 septembre 2017, Cécile Poure relate les résultats des investigations de l’Office sur le massif vosgien, je cite:

 

Aucun retour cette année

Pour notre équipe de l’ONCFS, aucun retour cette année.

Il faut dire que la présence du loup dans les Vosges réapparu en 2011 se fait très rare.

Deux peut être trois dans les Hautes Vosges.
Un seul dans la plaine Lorraine.

Dans les faits, la présence du loup sur les aires géographiques ou il était détecté en 2011 et en 2013, dans les lieux mêmes ou les techniciens de l’office ont en septembre 2017 exercé des hurlements provoqués qui seraient restés sans réponse, la présence du loup, en groupe, en novembre 2017, en présence de louvarts, nés au printemps, ne fait guère de doute.
Lors d’une chasse récente, alors qu’une biche a fait l’objet d’un tir blessant, sur les secteurs de Plainfaing, une recherche au sang, le lendemain et sous la neige, a donné lieu à des résultats pour le moins surprenants.
Alors que le chien spécialisé semble incapable de débusquer le cervidé, le chasseur et le conducteur ont eu l’agréable surprise de découvrir une piste de loup. Le suivi de cette piste a mené vers un aiguillage qui lui même aurait mené à la conclusion suivante:
« Les pistes comportaient les traces distinctes de deux individus adultes et de deux jeunes loups… »
Le cervidé n’a pas été retrouvé….
Attestant, éventuellement,  que la reproduction du loup sur le massif, en 2017 est tout à fait probable et que l’estimation fantaisiste de l’Office tient plus de la désinformation que du constat digne de professionnels de la faune sauvage.
La rumeur courre également que la presse écrite aurait reçu des injonctions formelles expliquant qu’il est nécessaire de ne pas trop communiquer sur le sujet de la présence du loup en Lorraine, car à l’évidence, cette présence furtive et incertaine de quelques individus isolés, dans la plaine ou dans les basses montagnes vosgiennes, ne correspond en rien aux réalités naturelles.
Il suffit de lire et relire outrageusement les tableaux récapitulatifs de la Dreal Rhône-Alpes pour se convaincre que le loup est bien présent, en meute, tout comme en Alsace et ailleurs.
Avec 101 prédations du loup reconnues officiellement en 2015, le tableau de chasse du canidé affiche près de 318 victimes recensés à fin octobre 2017…Tout le monde comprendra effectivement qu’il ne reste que, je cite:
Deux peut être trois (loups)dans les Hautes Vosges.
Un seul ( loup)dans la plaine Lorraine.
Alors que les mesures de protection ne sont à ce jour, 7 ans après le retour, non officiel, du loup en Lorraine (mars 2011 au nord de Metz et octobre 2010 sur le massif) toujours pas mises en place….
Faut-il constater une fois de plus que nous invitons le loup à dîner en expliquant qu’il est trop gourmand, afin d’obtenir des tirs légaux ou illégaux, faute de budget?
 

Laisser un commentaire