Meurthe et Moselle. La loi du silence au menu du loup.


La loi du silence


Alors que certains éleveurs connaissent des prédations suspectes sur les ovins, la dispersion de deux individus distincts ne fait plus aucun doute, en Meurthe et Moselle.

Dans une zone vitale comprise entre Selaincourt et Barisey-la-Côte au sud de Nancy et Vandeléville -alors que canidé disperse vers Pont à Mousson-  ou de nombreux pièges photographiques sont en place ( dont 8 ont déjà été volés), il est acquis que deux Canis lupus lupus parfaitement identifiés par l’Oncfs sont présents.

Certaines caractéristiques physiques détectées sur les canidés sauvages concernés sont tout à fait formelles.

Il faut dors et déjà remettre en cause les conclusions de l’Oncfs concernant la prédation sur ovin sur la commune de Ludres le 7 novembre 2017. Ces conclusions suspectes seraient-elles en rapport avec la communication engagée par l’éleveur Benoît Gille concernant l’ouest vosgien et la région de Darney, ou il communique concernant la présence du loup en meute et les errances d’une administration incapable d’assumer les mesures d’un plan loup exsangue de budget ?

https://observatoireduloup.fr/2017/09/16/le-silence-des-agnelles-le-documentaire-de-lobservatoire-du-loup/

Voir à partir de 55 minutes.

 


Qui est informé?


Alors que la presse nancéienne semble informer de certains faits, connus, tout à fait probants, rien ne transpire ! Doit-on croire que la presse est muselée par la préfecture concernée ? Certains journalistes sont-ils dans le conflit d’intérêts ?

Dans la zone vitale décrite (voir le plan ci-dessus), la présence du loup est connu depuis août 2014, en particulier au sud-ouest de Nancy.

En 2017 de nombreux faits et témoignages visuels ont été répertoriés et validés par les services publiques concernés, sans aucune communication en direction des éleveurs du département.

Doit-on croire qu’on les encourage, ainsi, à mettre en œuvre des moyens de protection, alors qu’il ne se passe rien officiellement.

Faute de crédit.

 


Vous avez dit: « Omerta »…


 

Alors que la zone vitale s’étend en novembre 2017 sur plus de 100 000 ha peut-on penser que le canidé disperse à grand trot vers les forêts d’Ars-sur-Moselle et de Vaux alors que le canidé était vraisemblablement présent dès 2011 au nord de Metz dans le même espace de temps que sur le massif vosgien au moment des premières prédations du loup sur Cornimont et Ventron. (avril 2011)

La présence du loup sur un secteur situé entre Kédange sur Canner au nord et Saint Hubert/Vigy au sud (département de la Moselle) entre mars 2011 et avril 2016 ou sa trace aurait été perdue ne fait aucun doute en 2017. Les conseils diffusés (à une association connues) à propos des réponses à apporter à l’époque étaient les suivants :

« Si on vous pose des questions il faut dire qu’il s’agit d’un grand canidé »

 

Le canidé avait dispersé sur la commune de Châtel Saint Germain durant l’hiver 2014/2015, les faits de prédations ont été attribués à la présence du lynx! Doit-on y croire?

Les événements décrits sont-ils également en rapport avec les événements observés dans l’est de la Moselle depuis 2015 ?

(Bouzonville et sur d’autres communes)

Alors que la dispersion du loup gris d’origine polonaise dans ce même département est probable!

 

Si vous disposez d’informations sur la présence du loup en Lorraine, merci de bien vouloir contacter l’Observatoire du loup. Confidentialité assurée.

Laisser un commentaire