Histoire d’une morsure en estive de montagne

Les faits se déroulent sur la commune de Roquebillière dans les Alpes Maritimes en octobre 2016. Un groupe de quatre randonneurs engagé sur un chemin croise un troupeau d’ovins poussé par une bergère à travers le même chemin. Le chien de protection aboie à l’arrivée des randonneurs. Il s’agit d’un Kangal de taille imposante, pour le moins!

Toutefois, malgré les avertissements du chien de protection le groupe d’insouciants décide de traverser le troupeau, la bergère étant repérée par les randonneurs. Bien sûr, la réaction du chien ne s’est pas fait attendre. Il aurait eu, selon eux, une réaction « furieuse » au moment ou les randonneurs se trouvaient au milieu du troupeau. La scène devait prendre une tournure des plus comiques à l’observateur averti présent sur les lieux.

De fait, après avoir négligé les avertissements du Kangal, qui a surgit promptement, les quatre individus n’ont rien trouvé d’autre à faire que de rebrousser chemin, en courant au milieu des moutons.
Le dernier et sûrement le plus lent à comprendre, a donc été « mordu » selon lui par ce chien de protection selon lui « furieux »! 

Néanmoins, la morsure en question tient tout au plus du pincement de chair à travers un vêtement peu épais. Le chien a donc retenu, à l’évidence, ses capacités physiques d’intervention, prouvant que le meilleur ami de l’homme (paraît-il) est capable de retenue et surtout de réflexion. Un groupe de randonneurs stupides ne ressemble guère à un loup. N’est-ce-pas?

Laisser un commentaire