GESTION DU RETOUR DU LOUP DANS LA VIENNE : LE GRAND FIASCO HABITUEL


Je cite la Charente Libre le 7 mai 2019 :

Quel animal a attaqué un troupeau de moutons à Bourg-Archambault, près de Montmorillon, dans le sud-Vienne, ce samedi, tuant six brebis et seize agneaux? Un «grand canidé» ont conclu lundi les spécialistes de la faune sauvage, venus examiner les…


Dans la Nouvelle République, on explique :

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/bourg-archambault/bourg-archambault-22-moutons-retrouves-egorges


Dans les faits :

Le meilleur moyen d’établir les faits est bel et bien de faire toutes les investigations de terrain indispensables hors ici, l’Oncfs ne s’est pas déplacé, les chasseurs formés aux techniques d’expertises non plus et le louvetier n’était pas formé sur la biologie du loup.

Qui sont donc les spécialistes qui se sont exprimés?

Un grand moment de lucidité ! D’où les informations controversées qui sont diffusées dans la presse… Le fiasco habituel.

A priori, il y avait un groupe de chiens divagants sur le secteur peu avant, alors que les premiers faits ont eu lieu plus tôt en avril 2019, sans aucune communication sur le sujet, par contre les consommations, sur une des brebis, ne correspondent absolument pas à un chien.

Le fait est que les investigations ne sont pas menées comme il se doit. Dans une forme d’anarchie assez regrettable et caractéristique des dysfonctionnements des administrations concernés!

https://centre-presse.fr/article-674597-entre-chien-et-loup-on-a-besoin-d-analyses.html?fbclid=IwAR3efIdYkP1XQKsBp5eo_fkhbxQbBOR46CKxut_qVaoOp_alfwhTBVZAUJE

Cependant, il faut rappeler que personne ne semble vouloir faire les démarches pour savoir si des indices de présence du loup sont en rapport avec ce fait.

Le dossier est confié aux gendarmes quand on ne veut pas savoir ce qui se passe sur les troupeaux. Ils n’ont aucune compétence sur le sujet des prédations en rapport avec le loup. C’est aussi aux instances de l’élevage de faire les démarches nécessaires, afin que les moyens de suivis soient mis en oeuvre.

Les faits se sont déroulés sur un couloir de dispersion qui remonte de Corrèze, certes, jusque dans la Vienne et qui se dissocie en deux flux vers l’ouest et le nord-ouest et qui croise un autre flux plus au nord sur l’extrême nord des Deux-Sèvres.

Cependant le loup a prélevé un chevreuil plus au sud, en Haute-Vienne dès le mois de janvier 2019, sur la commune de Châteauponsac, et plus récemment bien plus à l’ouest sur Couhé à l’extrême ouest de la Vienne. Les faits de chasse sur cet ongulé prisé du loup se sont répétés à trois reprises au moins sur le nord de la Charente entre mars et avril 2019.

Tout comme depuis décembre 2018 dans l’est de la Charente et jusque fin janvier 2019, toujours sur le chevreuil.

La dispersion du loup dans la Vienne ne fait donc aucun doute, une fois de plus et il semble que chaque préfecture attende que l’autre, voisine du département donc, engage l’ouverture du comité de suivi à sa place. Cette prédation du chevreuil dure depuis 2016.

Hors les instances concernées par le suivi du loup semblent complètement aveugles!

Peut-on croire que cet aveuglement entretenu va se payer dans les mois à venir en brebis et agneau, veau, chèvre ou cochons ?


4 commentaires sur “GESTION DU RETOUR DU LOUP DANS LA VIENNE : LE GRAND FIASCO HABITUEL

  1. Bonjour,

    22 bêtes tuées et 8 autres blessées (sur france bleu ils ont parlé de 30 moutons attaqués) ce ne serait pas un peu trop pour un ou deux loups dispersant … ?

      1. Le Sud de la Vienne est un milieu très boisé avec de nombreuses vallées, une faible densité humaine et de nombreux élevages de vaches et moutons. Est-ce possible qu’une meute se soit constituée ? Si loin des départements en orange sur la carte de dispersion ?

Laisser un commentaire