Septembre 2018: Le retour du Loup en Bretagne…

Les Actualités Les Infos Locales
Nous avons mené des investigations sur différents sujets en rapport directs ou indirectes avec la présence du loup en Bretagne. Une vingtaine d’événements troublants (retenus) qui ont eu lieu dans tous les départements bretons, depuis octobre 2016. La présence du loup au 19éme et la présence de chien dit « errant » ou divaguant en 2018 en centre Bretagne et monts d’Arrée.  Des faits inexpliqués pour lesquels nous sommes remonté jusqu’en 2012. Nous avons travaillé dix mois, en équipe en 2017 et 2018. Avant de poursuivre sur ce dossier quelques données sur la Bretagne et nos investigations: http://www.radiobreizh.bzh/fr/episode.php?epid=30146
Sur la piste du loup en Bretagne…
Pour information, les derniers faits, qui ont eu lieu en présence d’un garde assermenté (qui a pisté le loup dans les alpes il y a quelques années) sont les suivants: Le samedi 8 septembre au nord du lac de Guerlédan, sur la commune de Caurel nous avons une observation de 70 secondes environ, au lever du jour, par trois témoins (7h30 sur un bivouac). Le canidé est décrit par le garde assermenté en ces termes:
« Queue d’environ 30 cm légèrement relevée, hauteur au garrot environ 75 cm, moins de 30 kg, pelage sombre sur le dos s’éclaircissant vers la partie ventrale. Tête large et oreilles écartées. »
Le témoin semble catégorique quant à la présence d’une louve (à priori). Le canidé portait des traces de boues sur les pattes et la partie ventrale, nous pensons qu’il a traversé le lac de Guerlédan dans sa partie la plus étroite (à l’est), profitant des lâchés d’eau fréquents sur ce bassin. Nous avons relevé une piste probable le 14 septembre, largement polluée par les chiens des résidents et touristes locaux depuis, sur les berges du lac. (à notre regret quasi inexploitable en dehors de quelques empreintes bien marquées) Le vendredi 14 septembre nous avons entrepris sur le secteur de l’observation des recherches de pistes et de fèces à partir du lieu exact de l’observation. Il ressort que nous avons trouvé une déjection de grand canidé à une distance de 210 mètres du lieu de l’observation, à l’intersection d’une route communale, peu empruntée, qui mène au lieu dit les Granges. (vers le bois de Caurel) Après dissection des amas, il ressort: une partie de l’amas a été emporté par un pneu et déposé 2 mètres plus loin sur la chaussée. (partie de la crotte inexploitable) la partie exploitable fait 17 cm de long et se décompose en trois pièces dont la plus grosse fait 20mm de diamètre. Nous constatons une totale absence de graines ou noyaux dans le substrat de couleur noir légèrement mat, dont l’ancienneté est très probablement de 7 jours (suite observation). La crotte est lisse et comporte des poils en plumeau. La dissection a été pratiquée en présence du garde, d’un photographe et de l’Observatoire du loup.  Nous avons constaté la présence d’éclats d’os de petites tailles (peu nombreux mais présents), de nombreux poils de chevreuil, de petits os, mandibule inférieure et articulations en rapport avec le Campagnol, de présence d’insectes tels que le grillon, et de griffes vraisemblablement en rapport avec le Ragondin. ( présent sur le lac de Guerlédan, par ailleurs/ relevé de piste concluant sur ce rongeur) La vidéo complète est disponible en fin de dossier.
Il nous semble qu’il est important de mettre en œuvre le plan loup dans les trois départements suivants:
Finistère/ Côtes-D’Armor/ Morbihan pour les raisons suivantes: Le canidé semble ne pas être isolé, nous soupçonnons la présence d’un deuxième individu affilié. Le loup est présent au moins depuis l’automne 2017 (250917/zone vitale provisoire évoluant sur les trois départements cités). Nous sommes sur la phase d’installation après de nombreux aller-retour . Les premières dispersions du canidé sauvage sont probablement engagées, avant cette date, en particulier sur le Finistère et les Côtes d’Armor depuis l’hiver 2012/2013 Le canidé sauvage a vraisemblablement effectué de nombreux aller-retour entre le Limousin et la Bretagne, au plus tard depuis l’hiver 2015/2016. Certains faits de prédation et témoignages en 2016, 2017 et 2018 sur la faune sauvage et domestique sont en rapport avec le loup, nous avons par ailleurs constaté, en milieu sauvage, la quasi absence de chien divaguant en milieu naturel. (une équipe dédiée sur le chien) L’anticipation nécessaire afin d’informer et de mettre en œuvre les moyens de protection des troupeaux nous semble indispensable compte tenu du retard pris sur la présence du loup en Bretagne par les instances de l’Oncfs qui reste sceptique!  

Prédation sur un brocard en 2012, inexpliquée (voir le lien en surgras ci-dessous et la photographie d’illustration sur Sissonne en 2017 à titre de comparaison). Sur le même secteur nous avons confirmé, sur protocole, une observation à 150 mètres, le 25 septembre 2017 sur Kerguz. Distance 12 km.

Sissonne janvier 2017…

http://rpbnature.over-blog.com/article-au-loup-105180548.html

Durant l’hiver 2012/2013 d’autres faits de prédations sur domestiques ont eu lieu sur Lanvelec (Côtes d’Armor), à une distance de 30 km, trois ovins dont un bélier de 110 kg ont subi des prédations inexpliquées. (nous enquêtons encore sur le sujet afin d’obtenir des photographies) Sur le même secteur en 2018 trois séries de hurlements ont été entendu les 12/18/19 juillet sur un axe nord-ouest de Belle-Isle-en-Terre. Nous avons également approuvé une observation en octobre 2016 sur la commune de Bégard, un peu plus à l’ouest dans une vallée boisée qui court de Brélidy à Pédernec, en présence de deux témoins.

Les dispersions du loup en Bretagne, les données:


Les dispersions engagées à partir du Limousin en passant par le Maine et Loire:

Depuis 2014, nous avons détecté un flux de dispersion au départ du Limousin. Les axes de dispersion nord-nord-ouest sont maintenus en 2015, 2016 et ont repris en 2018. Le loup remonte vers la Bretagne en passant par la Vienne, L’Indre et Loire et le Maine et Loire ou il suit la Loire avant de changer d’azimut en direction du nord, vers la Bretagne: Juillet 2017: prédation sur un chevreuil sur le secteur de la commune de Guénin. (Morbihan) En décembre 2017 des faits de prédations sur des ovins, commune de Inguinel, ne sont toujours pas, à ce jour, expliqués! (distance: 8 km de Bubry: conso sur chevreuil) Novembre 2017: prédation sur une chèvre au nord des landes de Lanvaux: Prise à la gorge, éviscération, consommation des viscères… Décembre 2017: fuite inhabituelle d’une grosse harde de chevreuils, au sud de la forêt de Quénécan, le constat est fait sur près de trois kilomètre vers 18h00. Nous avons relevés trois autres indices de présence en 2017 et 2018 à moins de 6 kilomètres à vol d’oiseau, sur ce même secteur. (Côtes d’Armor et Morbihan) Avril 2018: Piste relevée dans la vallée du Scorff. (Morbihan) Juin 2018: Prédation sur chevreuil sur la commune de Bubry (Morbihan) Juillet 2018: une observation retenue, de nuit, sur une route départementale à l’est de la forêt de Paimpont. Août 2018: Prédation et charognage probable sur la commune de Pontivy. Septembre 2018: observation sur Guerlédan (70 secondes) et dissection d’une fèces de grand canidé (voir la vidéo) Nous avons fait des hurlements provoqués, le loup n’est plus sur le secteur défini. Les appels ont bien été reçus puisque de nombreux chiens ont répondu (aboiements durant 20/25 minutes) (le dossier est encore en cours d’analyse…)