MAINE-ET-LOIRE: LE LOUP EST-IL BRACONNÉ LÀ OU IL N’EXISTE PAS?

Le premier indice probable de la présence du loup aux portes des contrées bretonnes est daté du 31 décembre 2011 sur la commune de Andard, dans le département du Maine-et-Loire.

L’ensemble des faits connus sont relevés sur le cheminement de la Loire depuis 2012.

En avril 2012 le loup est très probablement présent au nord du département du Maine-et-Loire sur le secteur de Saint Laurent du Mottay. La rumeur explique après enquête qu’un voyageur aurait fréquenté les lieux accompagné d’un couple de chiens invisibles, avant de disparaître. L’étranger serait donc responsable des faits qui ont eu lieu entre avril 2012 et août 2012 avec une interruption des actes de prédations sur les ovins durant plusieurs semaines. L’enquête de gendarmerie, comme souvent sur ces sujets, n’a rien révélé.

Toutefois, les prédations inexpliquées qui ont eu lieu successivement à cette époque sur les communes de Beausse, Chaudron-en-Mauges, Saint-Quentin- en-Mauges, Saint Laurent-du-Mottay, La Pommeray en avril de cette même année, ne correspondent pas à des déplacements de canidés domestiques mais bien à des déplacements du sauvage.

En août 2018 des chèvres et des ovins sont « prédatés » sur la commune de Ancenis. Les faits n’ont pas été révélés!

En 2020, durant le confinement entre avril et juin, de nombreuses prédations sur ovins ont eu lieu au nord d’Angers, les faits n’ont pas été révélés dans la presse!

En nord Mauges, sur un terrain privé, le cadavre d’un canidé, enseveli depuis quelques semaines, a été déterré par des charognards.

Ce canidé imposant présente de nombreux éléments qui désigne la sous-espèce Canis lupus italicus:

pelotes digitales unies à la base (P2/P3 antérieure)

crocs puissants non obliques et incisives peu espacées et droites (écart 45mm)

queue courte 30/35 cm

et surtout un élément tout à fait formel: le cadavre présente 11 côtes (+1 flottante peu visible)  alors que le chien en présente 13 (dont une flottante), ce qui exclue de devoir faire une analyse ADN!

Le braconnage du loup dans les secteurs où il n’existe pas officiellement est fréquent, quelques exemples:

2014, dans la Marne,

2014, dans l’Ain, d’après les milieux associatifs 4 canidés auraient été braconnés dans ce département,

2015, en Dordogne,

2019, en Haute-Marne,

2019, en Haute-Vienne (les faits n’ont pas été reconnus),

alors que moins d’une dizaine de faits sont comptabilisés, officiellement, chaque année, essentiellement dans les Alpes!

Il faut suspecter un tir sur ce canidé, dans un organe vital, estomac ou cœur!

Affaire à suivre!

Les donnés formelles:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.